la Cinquième Couche
bande dessinée, graphisme, art plastique, littérature, théâtre et bien d'autres
Dernière parution
21 Octobre 2014
Les gris colorés
Victor Hussenot
À paraître
William Henne
William Henne, Xavier Löwenthal
Lukas Verstraete
Sylvain Paris
LL de Mars
Warren Craghead III
Catalogue / Collection Extracteur
Momon [Apostille à "1h25"]
96 pages, 16 X 24 cm, noir et blanc, 10,00 €
isbn :2-930356-76-6
Parution: 01 Avril 2011
Judith Forest revient sur son premier livre, "1h25", et l'accueil qu'il a suscité. Elle exprime ses doutes et ses interrogations sur les conditions de création qui ont prévalu à la naissance de cet ouvrage. Il y a deux ans, paraissait aux éditions La Cinquième Couche le premier roman graphique d'une jeune auteure française jusqu'alors inconnue: Judith Forest. Intitulé "1h25", comme le temps nécessaire pour relier Paris à Bruxelles en Thalys, son livre a rapidement connu le succès et la critique n'a pas tardé à s'emparer du phénomène "Judith Forest". Aussi bien Les Inrocks, The Comics Journal, Le Soir, Teknikart, qu'Arte Culture et 9ème Art ont fait l'éloge de la jeune auteure d'une autobiographie critique et sincère. Forte de ce premier succès, on aurait pu croire que Judith Forest avancerait avec plus d'assurance et de confiance sur le chemin du dévoilement qu'est l'auto-narration. Et pourtant, sa deuxième œuvre, Momon, étonne par les remises en question constantes et angoissées de l'auteure. Les traits sont en continuelle recherche de la vérité qui se dégage de chacun. Elle met en images et en mots ses réflexions et celles de son entourage à propos de l'engouement médiatique qu'elle suscite. Se sentant indigne de tant d'attentions, elle nous fait part de ses doutes quant à son statut-même d'auteure et entame une réflexion sur la réalité de l'existence ou plutôt sur ce qui suscite l'impression d'une telle réalité. Les rencontres et expériences érotico-littéraires s'enchaînent tout au long de ce deuxième récit. Judith Forest pénètre un peu plus le milieu de la bd indépendante continuant ainsi d'en dépeindre quelques uns des protagonistes: Greg Shaw mais surtout William Henne, Xavier Löwenthal et Thomas Boivin, ses propres éditeurs, envers qui elle nourrit des pensées des plus mordantes; et enfin Fabrice Neaud, qu'elle rencontre enfin, et avec qui elle noue une relation qui ne manquera pas d'étonner ou d'indigner le petit monde de la bande dessinée... Momon, telle la mascarade dans laquelle l'auteure se sent prise au piège, est un ouvrage qui fait la part belle aux processus de création et de réécriture, qu'ils soient individuels ou collectifs. Et tel un révélateur, ce livre nous offre une nouvelle lecture de la vie de Judith Forest.

 
"Un momon est une mascarade, une espèce de danse exécutée par des masques, ensuite un défi porté par des masques. Le radical est le même que dans momerie. L’on devrait pouvoir nommer encore ainsi, par extension,
toute oeuvre d’art comportant sa propre caricature, ou dans la quelle l’auteur ridiculiserait son moyen d’expression. La Valse de Ravel est un momon. Ce genre est particulier aux époques où la rhétorique est perdue, se cherche."